Women 68 même pas mort

Prochaine date : 17 juillet 2019 Clermont Ferrand Les Contreplongées

Women 68 même pas mort est une comédie qui a été créée par Nadège Prugnard pour Brut de Béton production en 2008, et jouée par trois hommes. À l’occasion des 50 ans des évènements de mai 68, Nadège Prugnard, l’autrice et metteuse en scène, a réinventé le spectacle avec trois actrices Monique Brun, Marie-Do Fréval, Françoise Loreau et la musicienne Manon Mourguiart. Le texte Women 68 même pas mort, est édité aux éditions AL DANTE dans le recueil « M.A.M.A.E et autres textes » de Nadège Prugnard.

Simone , Mathilde et Marie-France se sont rencontrées au milieu des gaz lacrymos,  le 13 mai 1968 à Clermont-Ferrand. Elles racontent leur révolution , la robe de mariée collée sur la tête devant le slogan «  Mao est postier à Déjeunette », les affiches rouges, les assemblées à la Fac de Lettres, les discours marxistes , Janis Joplin à fond dans une Simca 1000, les pavés balancés à la gueule des puissants, la masturbation selon Nina Hagen, le manifeste des 343 salopes, la loi Weil …et surtout la nécessité aujourd’hui de continuer à marcher , à avancer, à partager le souffle incoercible de la liberté. Engagées et enragées elles n’ont peur de rien «  J’ai 70 ans et c’est pas des petits cons qui vont m’empêcher de remettre ça » !

De Nadège Prugnard
Avec Monique Brun, Marie-Do Fréval et Françoise Loreau
Création lumière Jean-Louis Fié
Assistanat à la mise en scène Aaricia Baron
Accompagnement artistique et dramaturgique Jean-Luc Guitton
Création musicale Manon Mourguiart
Costumes Séverine Yvernault

« Nadège Prugnard est une jeune dramaturge bourrée de talent. Elle a gagné énormément en écriture, en rapidité, en narration sur ce texte. Ce texte est formidable. (…) C’est une forme d’oratorio pour trois vieilles « soixante-huitardes », c’est un spectacle iconoclaste, complètement tendre, sensible, extrêmement drôle, extrêmement violent, et c’est un spectacle qui est à la fois très politique, très féministe, extrêmement violent, très actuel… » Daniel Martin, France Culture

 « Nadege Prugnard a écrit Women 68 même pas mort, de cette écriture facétieuse et fantasque dont elle a le secret , truffée d’onomatopées, de borborygmes, ponctuée de grands éclats de rire et de coups de gueule salutaires. 68 est mort ? Vive 68 !. (….) Nos trois « héroïnes » ont fait 68, là – bas, à Clermont, et leur Mai 68, c’est une tentative de conquête de liberté individuelle et collective à la fois, le rêve de se défaire d’une éducation qui les destinait d’abord à l’usine, ensuite à la maison pour élever les enfants.  « les mémés rouges » Nos trois pétroleuses, suffragettes en goguette qui avancent dans la vie en expérimentant tout ce qui se présente (sexe, drogue et rock and roll), en détricotant tous les discours contredits par la vie sur la politique, le féminisme, l’engagement, l’utopie , leur ténacité à n’être jamais  rentrées dans le rang, leur entêtement à croire en d’autres possibles. Zéro nostalgie. No regrets. Elles s’adressent à leurs frangines, d’hier et d’aujourd’hui, et leurs paroles résonnent avec impertinence aux jeunes générations. » Marie Josée Sirach, L’Humanité

Création 2018- Coproduction  Théâtre des Ilets/CDN de Montluçon avec le soutien de la Ville de Clermont-Ferrand, le conseil départementale du Puy-de-Dôme, la DRAC et la région Auvergne Rhône Alpes.

Merci à Emmaüs Cantal pour les robes des mariées du pavé.

 

 

Crédit Photos : Cécile Dureux
Réalisation de l’affiche : Arnaud Lesport et Clémence Besson

Vidéo : Reportage pour France 3 Auvergne de V.Rifflard, B.Galmiche, A.Bertrand, B.Ordas.
Vidéo : Ville de Clermont-Ferrand