Le ciel rouge n'a plus soif
Conte glam’rock

Le ciel rouge n'a plus soif

Une histoire d’amour
Histoire d’une princesse désenchantée, vrai-fausse vierge post-punk qui appelle le grand méchant loup, vrai rocker à voix chaude… Batterie de mots parlés-chantés, effluves à la Tom Waits, cicatrices à vif …le duo joue des codes du conte de fée comme du crash test amoureux. Entre poésie écorchée et énergie rock. Dans le conte et sa longue galerie de personnages, Elle est cette figure de l’insurrection contre la vie qui file. Trop vite, comme une enfance brûlée. « J’veux pas mourir ! » Alors, conter le cours du temps, l’amour qui se dérobe, elle court dans la forêt, éperdue. Dans cette course existentielle, elle croise le loup. Bête rock à la voix rauque, il consume à l’infini son amour pour la belle de ce conte qui chemine de travers.

Nadège Prugnard et Géraud Bastar secouent les terres de l’imaginaire de l’enfance et questionnent nos propres mythologies intimes. Ils inventent un conte d’aujourd’hui, un poème amoureux qui mêle théâtre et rock, celui qui est drôle, pétaradant, corrosif… et rempli jusqu’à la gueule d’amour pour les mots, pour la musique et pour l’autre.

De et par Nadège Prugnard et Géraud Bastar.

Création lumières : Wiliiam Mas, Jean-Louis Fié.
Costumes : Marianne Mangone.
Vidéo et regard extérieur : Amanda Rubinstein.
Scénographie : Sophie Chandoutis.

Presse

« Le verbe impétueux, cru, énumération d’émotions, rimes diaboliques ça fait mouche, ça vous touche au plus profond, ça vous secoue l’intime. Concert-théâtre à vivre de nuit à l’heure où tout peut être dit, au son fort rock qui pulse et vous submerge longtemps. Un conte, une véritable écriture théâtrale. Ce genre littéraire est revisité et magnifié par une mise en son et une écriture contemporaine, novatrice. Du grand texte théâtral. » Zoom la rue

« La pièce, écrite et interprétée par l’auteur et metteur en scène Nadège Prugnard et le musicien Géraud Bastar, revisite avec une profondeur mêlée d’allégresse l’imaginaire des contes de fée. Il en ressort une fresque glamour et rock, irrévérencieuse et tendre, poétique et écorchée vive sur l’autel de la liberté. » Julien Bachellerie, La Montagne

 « Leur conte incarné s’appelle « Le ciel rouge n’a plus soif » : un homme et une femme douloureux et rebelles, qui avancent dans la jungle des contes et s’aiment dans la réalité des corps qui se mangent, se pénètrent, se lèchent et qui croisent leurs langues dans l’écriture où se confondent leurs mots, leur voix […] Nadège Prugnard et Géraud Bastar avancent ainsi, sur un fil balancé par la tempête sous leur crâne, avec pour balancier d’un côté la douleur, la colère face à tout ce qui nie, qui emprisonne et qui blesse, de l’autre la plénitude d’un amour éblouissant et la liberté passionnée d’une parole sans réserve. Cette parole à deux voix, échevelée, est d’une grande beauté, poésie pure et fulgurante lucidité. Tout du long, chantée ou parlée, criée ou murmurée, elle est le mystérieux sésame et le fil d’Ariane dans le labyrinthe d’un spectacle à couper le souffle, dont on ressort conquis et un peu ivre. » Geneviève Brun, Théâtre/Public

Télécharger le dossier de presse
Le ciel rouge n'a plus soif

Vidéo

Création mai 2013, pour Marseille-Provence Capitale européenne de la Culture 2013 à la Cité internationale des arts de la rue.

Soutiens : Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Auvergne, le Conseil Régional Auvergne-, Ville de Clermont-Ferrand, Le théâtre et la ville d’Aurillac, Le Guingois scène de musiques actuelles à Montluçon, l’Espace périphérique (Ville de Paris – Parc de la Villette), Le Transfo dans le cadre de l’événement « Théâtre et rock écriture ».

Crédits photos :  Daniel Aimé, Ludovic Laporte, Matthieu Galleyrand, Marie Ladvie, Danyel Massacrié, Bertrand Leheu, Christophe Beaussart, Aztek, Cécile Raoulas.

Photos