Fragiles
Commande d’écriture / Production Théâtre Molotof

Fragile

Texte de Nadège Prugnard
Mise en scène : Michel Géniaux et le Théâtre Molotof
Création et interprétation : Sarah Carlini, Elodie Combes, Nicolas Ibanez et Thomas Soudan
Création lumières et régie : Benoit Sanchez-Matteo

« C’est une forme d’oratorio désenchanté. Un texte qui mêle poésie, chanson-rock et harangue philosophique. Un texte fragmenté, sans fards, sans dessus-dessous, maculé de déraison, de liberté, de rire et de colère. Une libre mise en demeure de s’approprier ce qui nous revient de droit : le cri, les pulsions inavouables, la violence et l’absolu refus.
On ne sait de qui ça va partir, de qui ça va sortir…grammaire bancale de qui ne peut s’empêcher de gueuler : « Je te parle direct sans brouillon … » mais parfois le mot en dit trop ou pas assez et la langue s’invente alors quasi onomatopéique, débordée par une fièvre incontenue. « Comment arracher la douleur de vivre ? Where is my Mind ? Pourquoi je suis moi et pas toi ? ». Fragiles, c’est l’histoire d’une génération désabusée qui se demande si la parole peut aider, qui ne sait ni comment périr, ni comment vivre dans ce monde, qui pose la question de l’altérité et de sa propre identité délitée.
Histoire donc aussi du Théâtre Molotof, de quatre anges exterminateurs qui livrent sur scène une performance hors norme, se heurtent à la solitude, jettent en pâture un gouffre d’interrogations inquiètes sur la vie, la mort, l’amour, et l’envie d’aimer encore même quand ça déraille « toujours laisser rêver une ligne amoureuse … ». Pas de message, ni prosélytisme et moins encore de certitudes révélées si ce n’est la fragilité d’être et c’est tout.  « je suis fragile  » et l’émotion… l’émotion et c’est tout. »
Nadège Prugnard

Presse

« Avec ces fragments de textes ciselés, surréalistes, poèmes sans compromis écrits par Nadège Prugnard, le quatuor infernal incarne une société délitée, le mal être d’une jeunesse sacrifiée, déchirée par ses pulsions déraisonnables. Ils crient et chantent, s’exposent en un grand délire qui déstabilise. »
Josiane Privat, La Montagne.

 « L’écriture explosive de Nadège Prugnard et son regard sans concession sur notre époque et notre espèce ne pouvaient que séduire les Molotofs, de même le goût du risque des Molotofs et leur énergie hors norme ne pouvaient qu’interpeller Nadège Prugnard. De cette rencontre est né « Fragiles », huitième et dernier cocktail de la compagnie, Molotof pour sûr, et grinçant lorsqu’il évoque l’acte ultime d’un collectif, la fin d’une histoire, notre histoire… Pour qui connaît Nadège Prugnard et le Théâtre Molotof, la rencontre n’était qu’une question de temps ou d’occasions. Nadège Prugnard : femme libre entre toutes, une écriture explosive soumise à l’urgence de dire, son acharnement à enfanter au corps-texte avec un don de soi total au public et une langue sans cesse renouvelée. Le Théâtre Molotof : son écriture scénique qui bouscule tous les codes de la représentation et de la création avec le déboulonnage systématique du trio auteur-metteur en scène-comédien. Ils interrogeront le narcissisme morbide, la place du « JE » dans le groupe et en soi et s’appliqueront à servir le « JE est un autre », dont tout artiste digne de ce nom est l’humble serviteur. »
Marie-Josée Nègre, directrice artistique du Petit Carré d’Art de Saint-Affrique (Aveyron).

Théâtre Molotof
Fragile

Vidéo

Création 2011 au Théâtre de Millau par le collectif Molotof (site web).
Avec le soutien du Petit Carré d’Art à Saint-Affrique (12). Le Ministère de la Culture et de la Communication, la DRAC Languedoc-Roussillon, le Bouillon Kube de Bruxelles, le Théâtre du Grand Rond de Toulouse, le Théâtre de la Maison du Peuple Ville de Millau et la compagnie Magma Performing Théâtre.

Crédits photos :  Daniel Aimé.

Photos